20 de setembro de 2014

Claude Le Jeune



Claude le Jeun dans son langage musical, il utilisa les matériaux et les techniques alors en usage, en particulier les procédés d'écriture polyphoniques (auxquels le canon se rattache, à la manière d'un cas particulier). Comme cela se pratiquait depuis le Moyen Âge (xiie-xiiie siècles, au moins), sa polyphonie pouvait être basée sur le plain-chant — c'est-à-dire le chant liturgique, monodique, de l'église catholique romaine. Il ne négligeait pas, bien sûr, l'emploi (également très habituel) de mélismes — groupes de notes chantées sur une seule syllabe — non plus que les madrigalismes, venus d'Italie. Son Magnificat et ses motets ont réussi la synthèse des modèles italiens et franco-flamands.